top of page

#3 SIMON

Dernière mise à jour : 23 mai 2023


jeune papa bébé

◦ Tout d’abord, est ce que tu peux présenter le Simon avant la naissance de ta petite fille ?

De par mon métier peut-être (infirmier) et puis mon parcours personnel, j'ai toujours été très à l'écoute de mes besoins. Je m'épanouissais dans mon travail, dans mon couple, dans ma vie sociale et dans mes activités de loisirs. J'ai eu l'occasion de beaucoup voyager pendant mes premières années de vie active et j'adorais ce sentiment de liberté. Ceci dit, les petits bonheurs du quotidien me rendaient tout aussi heureux. Par contre, le Simon d'avant n'avait pas du tout en tête d'être papa.

◦ Puis le Simon d’aujourd’hui ? Quels sont selon toi les changements majeurs qui se sont opérés ?

Aujourd'hui toujours aussi à l'écoute de mes besoins. La différence est qu'avant je pensais simplement moi + elle, et aujourd'hui je pense nous 3. Être heureux aujourd'hui peut aussi passer simplement par le fait de voir grandir et s'épanouir ma fille. Je conserve toutefois l'envie d'avoir des moments à moi et en couple. Les changements majeurs sont plus d'ordre organisationnel si on veut faire "comme avant" un weekend entre amis ou des vacances. Si on cherche à respecter le rythme de l'enfant c'est parfois un peu au détriment de moments d'adultes.

◦ Peux-tu nous raconter comment tu as pris la nouvelle de l’arrivée de ta fille ?

Ça a été un cheminement long, toute la grossesse et même un peu après. Ce bébé n'était pas prévu et je pensais que nous irions au bout de la procédure d'avortement. Ma femme a fait face à un gros dilemme : elle ne se voyait pas maman mais elle n'imaginait pas non plus avorter. Nous avions le temps pour finaliser cette décision et la graine d'idée à germer lors d'un voyage en Israël. Nous avons pris le temps de nous projeter, de nous imaginer, de voir l'envie grandir en l'autre et plus simplement de ne plus avoir peur d'être parent. C'est finalement à Jérusalem que nous avons pris cette décision pleine de symboles. Un gros frein pour moi était la peur de l'évolution du climat et l'avenir de la planète. J'ai toujours cette barrière aujourd'hui mais j'ai pris une décision et je l'assume malgré mes craintes.


◦ Est-ce que tu t’es senti impliqué dans la grossesse ?

Je me suis senti impliqué et fusionnel avec ma femme durant cette période. Par contre, l'accouchement a été un moment difficile, quand je l'ai vue souffrir. C'était dur de ne rien pouvoir faire d'autre qu'être là.

Jeune papa bébé post-natal

◦ A quel moment t’es-tu senti père ?

Pas comme dans les livres ! Je pense que les premiers jours je me sentais investi de la mission de prendre soin de ce nouveau-né mais je ne me sentais pas père et encore moins son papa. Ça m'a pris plusieurs jours, voire semaines. Je dirais que ce sentiment est né au bout de plusieurs semaines et qu'il a continué de grandir encore pendant longtemps. Aujourd'hui je suis devenu le plus gaga des papas et je ne crois pas pouvoir faire pire !

◦ Ta fille a maintenant bientôt deux ans et demi, qu’est ce qui te semble le plus difficile ou incroyable dans ton rôle de père ?

Le plus difficile je dirais que c'est de définir un cadre autour de l'éducation que l'on souhaite mettre en place à deux et ensuite de respecter ce cadre à deux également. On a la chance d'avoir la même vision et la même envie sur ce sujet. Il reste toujours des situations où on n'aurait pas répondu la même chose. C'est important d'en parler pour essayer de faire mieux la fois d'après. La communication est notre force.

Le plus incroyable dans mon rôle de père c'est le sentiment de plénitude quand je la regarde ou qu'elle me fait un câlin. C'est un ressenti que je n'avais pas avant elle.


◦ On parle beaucoup déséquilibre de tâches entre la mère et le père lorsqu’il s’agit des enfants. Est-ce que tu le perçois dans ton couple?

Dans mon couple, je trouve qu'il y a un réel équilibre : certaines tâches sont plutôt attribuées à ma femme et d'autres à moi. Les déséquilibres que l'on peut avoir sont dus à notre travail respectif. Il y a des périodes où l'un travaille plus, l'autre assume donc les tâches et réciproquement quand cela s'inverse. C'est notre équilibre.


◦ Tu dis percevoir un déséquilibre, qu’est-ce que tu aimerais avoir davantage pour rééquilibrer?

Premièrement, du temps. Tenir une maison et assurer une éducation demande du temps et de l'énergie. Si j'avais plus de temps, j'aurais également plus d'énergie pour faire les choses mieux. Mais j'ai la chance d'avoir un rythme déjà confortable pour tout mener à bien.

Deuxièmement, des connaissances. Ecouter des podcasts m'a permis d'apprendre beaucoup sur la petite enfance. Ma femme me fait aussi le bilan de ses multiples lectures sur le sujet. Et grâce à tout ça, on est mieux armés face à certaines situations.


◦ Louise va avoir un frère ou une sœur. Est-ce que tu as hâte, tu appréhendes ?

Je prends les choses comme elles viennent pour cette deuxième grossesse, je n'ai pas vraiment de hâte ou d'appréhension. Ma plus grande appréhension est le sommeil du bébé, en sachant que ma fille est un ange sur le sujet. Ma plus grande hâte est de voir une complicité entre mes enfants et plus largement entre nous 4.


◦ Qu’est-ce que tu as envie de faire différemment ? Ou encore davantage que la première fois ?

Ma femme a envie de mieux préparer la naissance et l'accouchement. C'est quelque chose qui me tient à cœur aussi pour être le plus soutenant possible le jour J. Pour le reste je n'ai pas envie de changer quoi que ce soit. Je souhaite au contraire que rien ne change entre nous.


◦ Et tout autre chose ce que tu as envie de partager ?

Le conseil qui peut sauver par moment est de ne jamais oublier la différence entre la théorie et la pratique. On a beau avoir envie de mettre un cadre strict sur certains points, dans la pratique il faut accepter de lâcher et d'être souple. On ne mettra rien en échec pour un écart de temps en temps. Et puis si on a passé un bon moment, c'est toujours positif.

Exemple : on met parfois un dessin animé à notre fille le soir pour manger en tête à tête, se raconter nos journées. On est dans de meilleures dispositions pour faire le coucher ensuite.


Jeune papa nature

Pour découvrir d'autres histoires de la communauté rendez-vous dans l'onglet "COMMUNAUTE".


Cocoonez-vous.

Charlotte pour Maison Zoé Doula



12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page